Anglais Francais Espagnol
EN FR ES

Cameroun: Méthodologie

Ce rapport est le deuxième sur la transparence dans le secteur forestier au Cameroun. Comme pour le précédent, la méthodologie a mis un accent particulier sur la collecte et l’analyse des données. La disponibilité et la qualité des informations publiques tenues sur des sites Web ont été vérifiées, et l’accès formel aux informations émanant des sources officielles a été évalué.

Collecte des données

La collecte des données a été construite autour d’une charte de 78 questions couvrant un large éventail du champ de la transparence, et combinant des questions ouvertes et fermées. Il s’agissait de vérifier la disponibilité et l’accessibilité des informations sur ces questions, ainsi que la pertinence de leur contenu.

Quatre ONG ont été sélectionnées pour participer à la collecte des données sur le terrain. Elles ont administré le questionnaire à des communautés dans quatre régions du pays (Sud, Est, Centre et Sud-Ouest). Seulement le Sud et l’Est ont été couverts en 2009. Les régions supplémentaires ont été choisies de manière à refléter la diversité des zones forestières du Cameroun. Les ONG et consultants sélectionnés ont suivi une formation visant à assurer leur familiarisation avec le questionnaire, et avec l’esprit de la recherche. Le rôle des consultants était de fournir un appui aux ONG par la traduction des questions en expressions simples et formulation claire et facile à comprendre.

La collecte de données sur le terrain a duré trois mois, et a été basée sur deux principales approches complémentaires: les méthodes d’interview et d’atelier orienté. Une bonne raison pour le besoin de travail sur le terrain peut être vue dans l'indicateur sur les obligations sociales (Cahier des Charges) rendu publiques. Dans l'enquête 2009, ce fut enregistré comme «oui», puisque la loi stipule que le Cahier des Charges est annexé au contrat de concession et au plan d’aménagement, mais en 2010, des évaluations plus profondes au niveau des communautés révèlent que les populations locales n'ont pas accès à ces documents, et leurs droits sont souvent violés par les compagnies forestières qui ignorent tout simplement devoirs sociaux légaux.

L'approche d’interview dirigé a été utilisé par deux ONG dans les régions du Centre et du Sud (Djoum, Campo, Ma'an, Kribi et Yaoundé). Cette méthode était basée sur le raisonnement que les informateurs clés choisis parmi les communautés, l'administration locale et centrale sont susceptibles de fournir un tableau d'informations facilement falsifiables. Au total, environ 50 personnes ont été interrogées (maires, chefs de village, des représentants de groupes d'utilisateurs des forêts, les agents forestiers, jeunes, femmes, populations autochtones...) et chacune des 78 questions a été posée à plus de trois interviewés afin de garantir la fiabilité des réponses. La recherche de bureau sur internet a été réalisée pour compléter et vérifier (en profondeur) par recoupement les réponses aux questions.

La méthode collecte des données par un atelier orienté a été principalement utilisé par les deux autres ONG homologues dans les régions de l'Est et du Sud-ouest. Des réunions ont été tenues respectivement à Yokadouma et Kumba, en présence de participants venant de toute la région. Globalement, trois ateliers ont été organisés avec une moyenne de 40 participants d’obédiences diverses (groupes vulnérables, administration forestière, représentants d'ONG, élites locales...). Pendant les réunions, chaque question a été débattue et répondue. Des explications complémentaires ont été fournies dans le cas où des réponses contradictoires ou différentes ont été données pour une même question.

Chacun des quatre ONG impliquées dans le processus de collecte des données a produit un questionnaire rempli et détaillé qui a été confronté avec les autres pour en générer un document final synthétique. Il a été procédé comme suit: Pour chaque question, les réponses fournies par les quatre ONG ont été mis ensemble. Il est apparu que la plupart des réponses ont été soient identiques ou complémentaires dans les quatre régions ou simplement contradictoires. Dans ce dernier cas, ces variations entre les régions ont été étudiées et élucidées. Cette phase d'analyse de données visant à souligner les principaux résultats de l'enquête, y compris ceux ayant un impact majeur sur la transparence dans le contexte du Cameroun.

La méthodologie utilisée pour la collecte des données s'est avérée être un outil efficace, simple à utiliser par des ONG avec peu d'apport des consultants. Cependant, elle est limitée dans la portée fondée sur une évaluation qualitative de la disponibilité et l'accessibilité de l'information. Elle ne permet pas de présenter les statistiques descriptives et le pourcentage des personnes interrogées associées aux catégories de réponses pour chaque question. L'enquête s'appuie principalement sur les réponses des personnes interrogées qui sont des perceptions, et peuvent donc différer des réalités.

Hébergé par
Global Witness DAR CIKOD CED SDI Grupo FARO Asociación de Forestería Comunitaria de Guatemala Ut’z Che’ Réseau Ressources Naturelles
Toutes les pages spécifiques aux pays sur le site Web sont gérées indépendamment par les organisations opérant dans les pays respectifs. Responsabilité légale