Anglais Francais Espagnol
EN FR ES

Cameroun : Indicators

2012 > 20 Key Indicators 2012 > Évaluation environnementale stratégique

Devenues monnaie courante au Cameroun, les études d’impacts sur l’environnement des projets spécifiques ont toutefois, leurs limites quant à l’évaluation des impacts cumulatifs. Le Cameroun ne dispose pas d’une loi spécifique ou règlement sur l’évaluation environnementale stratégique et la loi cadre du 5 août 1996 relative à la gestion de l’environnement au même titre que le code forestier du 20 janvier 1994 ne traite pas des questions relatives aux évaluations environnementales stratégiques.
L’exploitation forestière et minière, l’agriculture à grande échelle et la réalisation des projets d’infrastructures sont conduites sans concertation avec les autres administrations chargées de la gestion des espaces et des ressources naturelles (Forêts et Faune, Agriculture, Environnement et Développement Durable, Affaires foncières et domaine), et sans études d’impacts cumulatifs faisant ainsi peser des menaces importantes sur la forêt et les communautés qu’elle abrite. Il est important d’attirer l’attention du gouvernement sur la nécessité d’instaurer l’étude des impacts cumulatifs dans les zones où plusieurs projets sont en activité ou en cours de mise en œuvre car ces projets ont des impacts non négligeables sur le secteur forestier.
La planification concertée de l’utilisation des espaces et de l’exploitation des ressources prenant en compte les pertes environnementales potentielles s’avère indispensable afin d’éviter les conflits liés à l’utilisation des terres (1). Les conflits liés à l’utilisation des terres prennent de l’ampleur au Cameroun et s’illustrent par des cas de chevauchements entre différents permis. À titre illustratif, il existe 30 permis d’exploration minière empiétant sur 12 aires protégées, et 33 permis d’exploitation pétrolière et minière ont été accordés à l’intérieur de 16 aires protégées différentes au Cameroun (1) .
L’une des réponses du gouvernement camerounais aux problèmes de chevauchement et de gestion disharmonieuse des espaces et des ressources a été la promulgation en mai 2011 de la loi n° 2011/008 du 06 mai 2011 d’orientation pour l’aménagement et le développement durable du territoire au Cameroun. Toutefois, le défi est la mise en application effective du processus d’aménagement instauré par cette loi, et ceci dans le respect des droits fonciers des communautés traditionnelles et la préservation de l’environnement.
(1) WWF, CED & RELUFA, 2012. Tendances émergentes dans les conflits liés à l’utilisation des terres au Cameroun. Disponibles à http://www.rightsandresources.org/documents/files/doc_5268.pdf
Suivant Précédente
Hébergé par
Global Witness DAR CIKOD CED SDI Grupo FARO Asociación de Forestería Comunitaria de Guatemala Ut’z Che’ Réseau Ressources Naturelles
Toutes les pages spécifiques aux pays sur le site Web sont gérées indépendamment par les organisations opérant dans les pays respectifs. Responsabilité légale