Anglais Francais Espagnol
EN FR ES

Libéria: Enseignements Tirés en 2012

Depuis son lancement en 2009, le projet Rendre le secteur forestier transparent mené au Libéria œuvre en faveur d’une amélioration de l’accès à l’information, de l’implication des parties prenantes et d’un contrôle indépendant des activités forestières. Des progrès ont été réalisés, mais le projet a également rencontré plusieurs grosses difficultés. En particulier, le gouvernement libérien n’a pas entièrement rempli son devoir légal consistant à améliorer la transparence et l’obligation de rendre des comptes en raison d’un manque de capacités institutionnelles et de volonté politique. Le statu quo qui règne actuellement dans le secteur de l’extraction des ressources par les entreprises forestières risque de perdurer, d’où un manque de reconnaissance des droits communautaires, de surveillance et de partage des bénéfices.

Le processus de réforme du secteur forestier en est aujourd'hui à un stade crucial. Parmi les principaux enseignements tirés des travaux de plaidoyer du projet Rendre le secteur forestier transparent, citons les impératifs suivants :

  • Mettre en Å“uvre une stratégie de gestion de l'information dotée des ressources et de l'engagement nécessaires afin d'améliorer progressivement la publication des documents et données clés et de les mettre à disposition par différents canaux.
  • Renforcer une coalition de parties prenantes à tous les échelons du gouvernement, de la société civile et du secteur privé qui pourront se charger de la mise en Å“uvre des réformes du secteur forestier.
  • Formaliser et appliquer les droits communautaires forestiers pour soutenir les moyens de subsistance ruraux des populations locales et que celles-ci puissent contrôler l'accès et l'utilisation de leurs ressources.
  • Contribuer au renforcement des capacités des autorités afin de garantir que celles-ci observent systématiquement les procédures requises en matière d'attribution de forêts, qu'elles collectent et distribuent les redevances versées par les compagnies forestières et qu'elles fassent respecter l'État de droit.
  • Renforcer les capacités des Comités communautaires de développement forestier (Community Forestry Development Committees, CFDC), de la société civile et des communautés rurales pour leur permettre de participer à la prise de décisions dans le secteur forestier, de développer des projets locaux et d'exiger des autorités qu'elles rendent compte de leurs actes.
Hébergé par
Global Witness DAR CIKOD CED SDI Grupo FARO Asociación de Forestería Comunitaria de Guatemala Ut’z Che’ Réseau Ressources Naturelles
Toutes les pages spécifiques aux pays sur le site Web sont gérées indépendamment par les organisations opérant dans les pays respectifs. Responsabilité légale